Venezuela, la leçon de Sun Tzu

Venezuela | 16 avril 2019, par Geraldina Colotti

Le traité sur l’art de la guerre, rédigé il y a plus de 2 300 ans par le général chinois Sun Tzu, offre encore des pistes pour comprendre les conflits modernes, y compris les conflits asymétriques et non conventionnels : « De la même façon que l’eau s’adapte au sol, dans une guerre, la victoire est obtenue en s’adaptant à l’ennemi « , déclare le général. Une indication prise en compte par le gouvernement bolivarien pour briser le siège auquel il est soumis, tant à l’intérieur qu’à l’international.

La stratégie de siège – par suffocation économique, financière, commerciale, diplomatique et médiatique – est en fait fondamentale, même dans les guerres de quatrième génération, qui soulignent néanmoins une constante : la réticence de l’impérialisme à employer ses troupes dans une confrontation terrestre, où certains conflits pourraient être résolus à son avantage sur la base de la supériorité numérique et technologique, mais où les pertes seraient difficiles à assimiler dans des pays habitués à l’opulence.

Sans aucun doute, les États-Unis n’oublient pas la leçon reçue au Vietnam au XXe siècle. Mais il y a aussi un autre facteur : dans la perception du monde occidental, s’il est compatible qu’il y ait une augmentation du nombre de morts au travail (ouvriers d’usine ou d’échafaudage), il est inacceptable que le soldat professionnel ou l’agent de police considère la mort comme un risque inhérent à leur rôle.

Comment peuvent-ils mourir puisque les guerres d’agression sont « humanitaires » et « chirurgicales », les assassinats « sélectifs » et « ciblés » et que le sang est gardé hors de la vue du citoyen « civilisé » moyen? Comment peuvent-ils mourir puisque les missions militaires sont présentées comme des actes d’assistance humanitaire aux populations dans le besoin? Vu de loin, l’objectif, correctement diabolisé et désincarné, acquiert une connotation virtuelle : tuer le « tyran » et saboter le système électrique des pays considérés comme des « hors-la-loi », battre les enfants palestiniens qui jettent des pierres, devient un jeu vidéo comme ceux qui sont commercialisés contre le Venezuela.

À mesure que les sociétés occidentales deviennent « complexes », pleines de doutes et de clairs-obscurs, en particulier à gauche, les messages dominants se simplifient. Ainsi, les gouvernements qui ne plaisent pas l’Occident impérialiste sont appelés des « régimes », ceux qui se conforment à leurs règles, leurs alliés, sont des gouvernements « démocratiques », même s’ils séparent les femmes ou jettent des enfants en prison.

Contre le Venezuela, qui a osé s’opposer à « la voix du maître », éclate à présent une guerre aux contours fluides et hallucinés, derrière laquelle passent cependant de véritables affrontements d’intérêts, représentés par des groupes et des gens de chair et d’os. Prenons le grand mensonge sur la « crise humanitaire » et « l’aide humanitaire », que nous avons vus le 23 février : une tentative pour masquer l’invasion armée, qu’ils ont essayé de mettre en œuvre par voie maritime et terrestre.

Le siège par la mer et le rôle central joué par l’Europe à travers les Pays-Bas, un pays aux intérêts impérialistes issus de trois îles considérées comme leurs territoires « autonomes », très proches du Venezuela : Aruba, Bonaire et Curaçao, ont été peu évoqués.

Un envoyé de la BBC a parlé d’un voyage effectué à bord d’un navire « d’aide humanitaire » organisé par Voluntad Popular, de Porto Rico et battant pavillon australien. L ‘ »aide » de Miami est toujours stockée à Curaçao. Les photos diffusées révèlent leur véritable objectif sur les documents figurant sur les caisses : USAID.

Vue d’Italie, pays dans lequel l’attaque contre le Venezuela a rassemblé presque tous les partis politiques, l’opération montre les véritables intérêts du profil des personnes qui la dirigent et des organisations qui la mènent. L’un des centres les plus actifs se trouve dans les Abruzzes, une région où résident les grands constructeurs italiens qui ont fait fortune au Venezuela et qui s’opposent au processus bolivarien. Dans cette région, les journalistes présumés qui reviennent d’Amérique du Sud décrivent un Venezuela négligé, en proie aux « escadrons de la mort » identifiés dans les groupes et présentent le pays comme s’il se trouvait au niveau de la Somalie. En Italie, les honteux fugitifs de la justice vénézuélienne trouvent un soutien politique et un soutien des médias. Le jeune nazi Lorent Saleh est également passé par là, en tant que défenseur de la « liberté d’opinion », rôle qui lui a valu le prix Sakharov.

Pour soutenir cette mise en scène dangereuse, il existe de nombreuses figures d’extrême droite qui n’ont certainement pas de voie « humanitaire ». Le 13 février, lors du voyage en Italie de la délégation « autoproclamée », une réunion a eu lieu à Rome qui a rassemblé un parterre indiscutable de couleur politique : l’ancien maire de la grande région de Caracas, Antonio Ledezma, désormais fugitif de la justice, le député de l’AN en outrage José Sucre Gifuni, la française Marie Le Pen, le représentant européen du Venezuela pour l’aide humanitaire, Rodrigo Diamanti, et le secrétaire général du syndicat Ugl (de droite) Paolo Capone, qui est allé à Cúcuta à la fin du mois de février, distribuer « de l’aide humanitaire » avec sa délégation.

Maintenant, la farce de l’aide humanitaire est revenue à son apogée, alimentée par les déclarations retentissantes de la Conférence épiscopale du Venezuela, de « l’autoproclamé » et du représentant de la Croix-Rouge italienne, qui avait déclaré lors d’une conférence de presse tenue à Rome une distribution de l’aide en plus grandes proportions que celle réalisée en Syrie. Pour désactiver une nouvelle torpille, Maduro a bien fait de recevoir les représentants de la Croix-Rouge internationale.

S’adaptant à l’ennemi « à mesure que l’eau s’adapte au terrain », le gouvernement bolivarien, d’une part, laisse l’auto-proclamé « mijoter  dans son jus », d’autre part, il tente de diriger ce type d’opération dans les circuits juridiques : réitérant que les canaux  assignés à l’entrée de l’aide sont ceux établis par la coopération internationale (avec l’ONU ou l’OMS), canaux qui n’ont jamais échoué et qui ne peuvent être déployés que sur la volonté du président légitime, Nicolás Maduro.

Un concept réitéré à l’ONU par l’ambassadeur Samuel Moncada, qui a dénoncé les intentions criminelles des États-Unis, sa « tentative macabre de destruction », exposée au sein d’une organisation internationale qui aurait pour tâche de préserver la paix. Le Venezuela est au centre d’un conflit géopolitique mondial entre le vieux champ de forces unipolaire, en crise d’hégémonie, et les nouveaux acteurs déterminés à le contenir, dans la reconfiguration d’un monde multipolaire. À présent, le Fonds monétaire international est également entré en jeu, déclarant que « face à la crise humanitaire au Venezuela », il se demande si « reconnaître ou non Guaidó comme président ».

Le Venezuela, qui jouit d’une position centrale, tant pour ses immenses ressources que pour les relations sud-sud établies au cours des vingt dernières années, ainsi que pour la mise en œuvre d’un modèle alternatif au capitalisme, vit une situation sans précédent, en établissant des éléments généralisables qui dépassent ses frontières et en construisant une barrière commune contre la barbarie dominante.

http://www.albatv.org/Venezuela-la-leccion-de-Sun-Tzu.html

Post a comment

You must be logged in to post a comment.

Book your tickets