Quatre indigènes blessés dès le premier jour de la Minga Nationale

Colombie | 31 octobre 2017

Le 30 octobre a commencé en Colombie la Minga nationale pour la défense de la Vie, la Terre, la Paix et la Réalisation des Accords, l’appel comprend la mobilisation d’environ 100 000 indigènes de 16 départements dans le but d’exiger l’application de plus de 1300 accords qui ont été signés avec le gouvernement national et qui n’ont pas été respectés, ce qui a permis, entre autres, l’assassinat de 40 indigènes depuis la signature des accords de paix avec les FARC.

Qu’est-ce que la Minga?

Parmi les éléments des Accord de La Havane, la rubrique des demandes des communautés autochtones exige que soit appliqué le Chapitre Ethnique qui stipule des garanties de sécurité pour la mobilisation et pour les dirigeants, ainsi que le respect des accords sur les terres autochtones. De plus, chaque organisation a une liste d’exigences régionales fonctionnant en lien avec la liste nationale.

Cet appel réunit pour la première fois les cinq organisations autochtones qui composent le Bureau Permanent de la Coalition indienne (MPC): Organisation nationale indigène de Colombie (ONIC), Organisation des peuples autochtones de l’Amazonie colombienne (OPIAC) Confédération indigène Tayrona (CIT), Autorités indigènes de Colombie (AICO) « Pour la Pacha Mama » et Autorités traditionnelles autochtones de Colombie Gouvernement Central.

Bilan après le premier jour de Minga

Vallée du Cauca

Depuis les territoires indigènes de La Delfina jusqu’à Buenaventura, on a noté la présence d’environ 1 000 personnes de 80 communautés autochtones, qui, après le blocage de la voie, ont dénoncé la répression de l’ESMAD, qui s’est soldée par quatre indigènes, parmi lesquels  Eperara Sia-pidara, indigène de 41 ans, qui a été blessée aux yeux par des impacts de plomb, selon le site ONIC onic.org.co.

Cauca

Sur le territoire de Santa Rosa, zone  Tierradentro, secteur Cofre direction Popayan, trois villageois qui se dirigeaient vers Monterilla ont été arrêtés, suivant le rapport du CRIC (Communications du Conseil régional indigène du Cauca). Les autorités signalent que deux d’entre eux sont entre les mains d’une patrouille de police et qu’elles sont sans nouvelles du troisième.

Bogota

Les conseils régionaux et d’autres organisations autochtones telles que Kankuamos ont rejoint la Minga Nationale pour la vie, et se sont concentré en début d’après-midi dans le parc national d’où ils se sont dirigés vers la Place Bolivar.

Sud de la Colombie
Entre les départements Risaralda et Chocó les communautés Emberas Chocó, Risaralda et Quindio, avec quelques 2500 Emberas, AsOrewa, FedeOrewa, CRICH, CRIR et ORIQUIN.

Dans le département de Huila, l’organisation CRIHU a mobilisé plus de 1500 personnes sur le pont de El Pescador, à 6 km de la ville principale de Hobo vers la municipalité de Gigante. Alors que sur Vía ​​Garzón, Neiva, les peuples Nasa, Yanakuna et Emberas se sont concentrés en Minga.

Côte Caraïbe
À Sucre, plus de 1 500 indigènes Zenú se sont rassemblés dans la communauté de Piedras Blancas, municipalité de Sampués, tandis que d’autres Zenú et Emberas Katios de Córdoba les rejoignaient.

Post a comment

You must be logged in to post a comment.

Book your tickets