Onze ans après sa disparition, ce lundi, nous marchons pour Julio López et Santiago Maldonado

Ce lundi 18 septembre, la Plateforme Mémoire, Vérité et Justice marchera vers la Plaza de Mayo. Le rendez-vous est à 17 heures au Congrès. Soyons des milliers, pour Julio López et Santiago Maldonado.

Vendredi 15 septembre | Édition du jour

Onze ans se sont écoulés depuis la disparition de Julio López, onze ans de dissimulation de l’état. Il y avait une décision claire de ne pas avancer dans la recherche qui visait les groupes qui opèrent sous couvert et protégés par l’appareil répressif de l’État. Depuis le  Kirchnerisme, ce fait grave a été minimisé et on a perdu un temps précieux à suivre de fausses pistes ou àprétendre, comme l’a dit Anibal Fernandez, qu’il pourrait se trouver  «chez sa tante». Pendant ce temps, l’affaire  est devenue un véritable monument à l’impunité.

L’anniversaire de sa disparition cette année est marqué par la disparition de Santiago Maldonado aux mains de la Gendarmerie, où l’État et le gouvernement Macri dissimulent et sont responsables. Nous demandons son apparition immédiate en vie. Santiago Maldonado a disparu le 1er août. Le mardi 5/09, les membres de la communauté mapuche ont témoigné. Il ne fait aucun doute dans ces déclarations, Santiago se trouvait sur les lieux des faits ce jour-là. L’un d’entre eux a même vu comment des membres de la gendarmerie l’ont emmené dans une camionnette.

Le peuple Mapuche a souffert de la répression et de la persécution depuis des années parce qu’ils veulent les effrayer pour mettre leur terre à la disposition des propriétaires fonciers de la  Patagonie, les Benetton, Lewis et autres amis de Macri.

Le juge qui recueille le témoignage est celui-là même qui a ordonné la répression en janvier et a poursuivi une grande partie de la communauté.

« Comme aujourd’hui avec Santiago Maldonado, dans le cas de Julio, les investigations ont été faites tard et mal.  Non par incompétence, mais par volonté politique, consciemment pour couvrir les responsables, liés aux forces de sécurité. Lorsque López a disparu, on nous a dit qu’ils accorderaient la priorité à la gouvernance de la police de Buenos Aires « . Telle est la déclaration de Myriam Bregman représentante du Centre professionnel des droits de l’homme (CeProDH), l’un des organismes membres de la Plateforme Mémoire, Vérité et Justice et l’un des avocats de Lopez lors du procès du génocidaire Miguel Etchecolatz, procès dont Julio était un témoin clé.

[Vidéo] 2006 – 2017: où est Julio López?

Ce lundi 18, tu ne peux pas manquer. Soyons des milliers à exiger la justice pour Julio López. Apparition en vie immédiate de Santiago. L’État est responsable.

La Izquierda Diario

Post a comment

You must be logged in to post a comment.

Book your tickets