Le chanteur uruguayen Daniel Viglietti est décédé

Photo: ojosdecafe.


Musicien Daniel Viglietti, l’un des plus influents interprète de la musique populaire uruguayenne, est décédé lundi à l’âge de 78 de complications chirurgicales, a confirmé Eduardo Fernández, secrétaire du Parti socialiste. Un hommage lui sera rendu aujourd’hui au Théâtre Solís entre 10h et 14h, comme l’a confirmé Daniela Bouret, directrice de l’institution.

Le musicien a commencé sa carrière en 1963 avec Chansons Canciones folklóricas y 6 impresiones para canto y guitarra, début d’une brillante carrière en tant que musicien populaire en dépit d’avoir été formé en tant que guitariste classique, par des maîtres tels que le guitariste Abel Carlevaro. Tout au long de sa carrière, il a pris des éléments de la musique classique pour les inclure dans ses compositions, ainsi que des éléments de la poésie, du rock et de la ballade.

Dans les années 1960 à 1970, il s’impose comme un pilier du mouvement de la chanson populaire, avec des chansons associées à l’idéologie de gauche et les luttes sociales en Amérique latine, comme en témoignent les albums tels que Canciones para el hombre nuevo, qui lui ont donné une stature internationale exceptionnelle, et ont fait de lui l’une des voix les plus influentes dans tout le continent américain.

A desalambrar, Gurisito, Canción para el hombre nuevo et Yo no soy de por aquí sont quelques-unes de ses compositions les plus célèbres, qui sont passées dans le répertoire de chansons populaires uruguayen immédiatement, et ont également été interprétées par des artistes internationaux de l’espagnol Joan Manuel Serrat à la mexicaine Chavela Vargas.

En 1972, il a été arrêté par les autorités uruguayennes, et une campagne de libération a été lancée avec Julio Cortázar et Jean Paul Sartre, parmi d’autres figures de la culture dans le monde entier. Entre 1973 et 1984, sous la dictature, il s’exile d’abord en Argentine puis en France. À cette période, il a également enregistré à Cuba, avec des artistes tels que Silvio Rodríguez, Pablo Milanés et Chico Buarque.

À son retour, il publie sa collaboration d’enregistrement avec Mario Benedetti, A dos voces, enregistrements des récitals que les deux ont donnés pendant son exil à l’étranger. De son retour à ce jour, il a continué à jouer et à publier des albums. Son album le plus récent est la compilation Trabajo de hormiga, lancée en 2008, quatre ans après Devenir, son dernier album avec des titres inédits, album live avec de nouvelles versions de certains thèmes classiques et étrangers. Tout au long de sa carrière, il a publié douze albums studio, le dernier a été publié en 1992 (Esdrújulo).

Outre sa carrière musicale, Viglietti a travaillé à la radio et la télévision, avec des programmes comme Tímpano (El Espectador) et Párpado dans TV City qui traitaient de la musique uruguayenne et latino-américaine, et dans lesquels il a défendu la montée du rock uruguayen qu’il appréciait tout particulièrement. Il avait également écrit dans la presse pour les hebdomadaires Brecha et Marcha.

Son dernier concert a eu lieu vendredi dernier à Las Piedras, après sa présentation au festival Antel Fest, à Piriápolis. Ce jour-là, Viglietti s’est produit dans l’auditorium de la « Batalla de Las Piedras », à environ 30 kilomètres de la capitale, dans un récital intitulé « En souvenir de Che Guevara ».

Ce mardi soir, dans une cascade de messages et hommages sur les réseaux sociaux, entre l’émotion de l’adieu au chanteur, certains se souvenaient des derniers vers qu’il a chanté accompagné de sa guitare: « Larai, Larai, Larai, Larai, laralero … ¡qué linda la llamarada alumbrando al mundo entero!”


Source : Cuba Debate

Post a comment

You must be logged in to post a comment.

Book your tickets