Elvia Vargas est assassinée près de la Minga indigène

Colombie | 8 novembre 2017

Au septième jour de mobilisation nationale, dans les zones Caldas et Vallée du Cauca en Colombie, des affrontements avec les forces de sécurité ont eu lieu et on signale un manifestant blessé au front et l’assassinat de Elvia Azucena Vargas à Caldas. À La Delfina, trois indigènes sont portés disparus.

« La force publique a répondu par son action guerrière aux milliers de participants de la Minga Nationale qui réclament l’application des droits des peuples et l’accomplissement des accords de paix », affirment les autorités indigènes.

Ils ont déclaré que les 16 membres des forces de sécurité, qui ont été retenues par la Garde indigène «ont été remis aux maires de Pueblo Rico, Marseille, Carmen del Atrato et Quibdo (e) et au médiateur de Chocó et Risaralda, à la Personería de Pueblo Rico, et au Bureau du Procureur de Risaralda et de l’Église catholique, avec le soutien de MAPP / OEA.  »

Gustavo Parra, membre de l’organisation indigène ACIVA, a déclaré que les affrontements se sont prolongés pendant plusieurs heures et que l’opinion publique a été informée de la grave situation comme conséquence de la répression. Selon Parra, « le colonel de l’armée a nié tous les faits, mais nous avons des photos et des douilles des cartouches de fusils quand ils nous ont tiré dessus. »

Assassinat d’Elvia Vargas
Martha Hernández, élue au Conseil des Affaires indigènes de Caldas, a informé que le 2 novembre Elvia Azucena Vargas a été assassiné dans la communauté Portachuelo Momo, à deux heures de la concentration de la Minga. Elle a précisé que les faits faisaient l’objet d’une enquête.

Concernant la mobilisation, elle a indiqué qu’il existe encore des communautés où la présence de l’ESMAD est constante. Cela a été considéré comme une intimidation « qui va à l’encontre de la loi parce qu’ils ne respectent pas la norme établie par la consultation avec les autorités autochtones pour entrer dans les territoires ».

Elle a également dit que les hommes en uniformes « se sont installés dans des moulins à sucre et des maisons abandonnés. Mercredi dernier, ils ont lancé des gaz lacrymogènes et les gens ont dû quitter leurs maisons.  »

Face au nombre d’indigènes blessés, Hernández a indiqué qu’ils ont reporté 4 personnes blessées dans les affrontements avec l’ESMAD. Elle a souligné que la force publique tire directement sur le visage des gens, ce qui est très inquiétant. La mission médicale, qui est présente 24 heures sur 24, s’est occupée de personnes, il n’a donc pas été nécessaire de déplacer les gens vers des centres médicaux.

Enfin, Hernandez a précisé qu’aucune voiture ou moto n’ont été brûlées dans le cadre de la manifestation. Elle a indiqué que la mobilisation indigène continuera de demander que les autorités nationales mettent en place une table de négociation. En outre, elle a précisé à Caldas, que l’ONIC (Organización Nacional Indígena de Colombia) est toujours « préoccupée par la déclaration du Colonel du service de Police stipulant que si un occupe la voie publique, il sera privé de liberté et mis à la disposition du ministère public. »

Publié par : http://www.albatv.org/Asesinan-a-indigena-Elvia-Vargas.html

Post a comment

You must be logged in to post a comment.

Book your tickets