Milagro Sala rentre à la maison

Argentine | 29 décembre 2018

Au cours des premières heures de la journée, le tribunal pénal n ° 3 a ordonné le transfert de la dirigeante  de l’Organisation de Quartier Tupac Amaru, Milagro Sala, qui a pu regagner sa résidence dans le quartier de Cuyaya, dans la capitale Jujuy. C’est depuis chez elle qu’elle continuera sa détention provisoire à la suite de la demande présentée par les avocats de la dirigeante.

Son retour à la maison a eu lieu avant 9 heures du matin. En outre, cette nouvelle disposition n’inclut pas les contrôles et la surveillance infinis des gendarmes imposés jusqu’ à ce jour par le juge Pullen Llermanos. À cette occasion, la Cour 3 a estimé que le bracelet électronique devrait être le seul dispositif de contrôle légal à domicile.

« Quand on me l’a annoncé, je n’étais pas sûre (du transfert). Parce que la semaine dernière, ils sont venus me chercher et ensuite ils m’ont dit que c’était suspendu. Comme je l’ai dit ces jours-ci, il s’agit d’une petite lueur d’espoir pour commencer à croire en la justice, ce qui est difficile. Tant de dégâts qu’ils nous ont causés, tant d’injustices ont été commises par la justice à notre encontre, c’est difficile  à croire », a déclaré Sala récemment arrivée chez elle lors d’une entrevue du site web La García.

Ainsi, après presque trois ans de détention préventive, la Cour s’est conformée aux dispositions de la Cour inter américaine des droits de l’homme de novembre dernier et, plus tard, à la ratification de la Cour suprême de justice de la nation, qui a ordonné que la militante sociale doit rester à la maison puisque sa vie et sa santé était en danger, tant dans la prison de Alto Comedero que dans le bâtiment « El Carmen », la maison « aménagée » pour lui servir de prison (pillé, avec des restrictions des visites et la surveillance permanente des forces fédérales).

En août de cette année, la Cour suprême a approuvé à l’unanimité que la décision de la Cour inter américaine des droits de l’homme établissant la détention à domicile ou des mesures moins restrictives applicables à Sala devait être pleinement et urgemment mise en œuvre. Cependant, jusqu’à présent, la Cour supérieure de justice de Jujuy avait ignoré la demande des deux organismes.

C’est dans sa maison à Cuyaya, où elle a vécu toute sa vie, que Milagro Sala a été arrêtée en janvier 2016 pour avoir organisé une manifestation devant la Maison du gouvernement de Jujuy, au cours de laquelle des organisations sociales ont exigé une réunion avec Gerardo Morales, lequel avait récemment ses fonctions de gouverneur, pour exiger qu’il s’occupe des questions liées à la continuité du travail des coopératives dans le cadre du changement de direction.

Au cours de la semaine, Sala a été acquittée avec Alberto Cardozo dans l’affaire de la « Fusillade de Azopardo ». Cette affaire a commencé après son arrestation en janvier 2016, lorsque le parti Cambiemos (Parti de Macri)  a gagné le gouvernement aux niveaux national et provincial. Son procès a eu lieu en 2007, lorsque deux personnes ont tiré sur Cardozo. Neuf ans plus tard, les deux assaillants ont déclaré que l’incident avait été commandité par Sala, un fait qui a par la suite été rejeté par la justice de Jujuy. Malgré cela, le gouverneur Morales a critiqué la décision via Twitter, qualifiant de « criminels » Sala et Cardozo. Un an plus tôt, Sala avait été acquittée dans « le cas des sous-vêtements », dans laquelle elle était accusée d’avoir menacé les policiers de la police de Jujuy par téléphone en 2014.

Pendant ce temps, la dirigeante sociale fait face à d’autres accusations devant la justice. L’une d’elle autour de la construction de logements sociaux, pour lesquels l’ancien gouverneur Eduardo Fellner et l’ancien secrétaire aux Travaux publics José López ont été mis en examen. Une accusation parallèle est connue sous le nom de « pibes villeros », il s’agit d’une enquête sur le détournement supposé de fonds pour la construction de logements. Sala est également accusée d’association illicite depuis le moment de son arrestation, il y a presque trois ans. En 2017, elle a été poursuivie dans une affaire de blessures graves pour un épisode de 2006.

🔴 #LaGarcia EN VIVO desde #Jujuy. Milagro Sala desde su casa en Cuyaya–✅ Suscribite ahora! y apoyá a un medio de comunicación popular que te cuenta lo que pasa >> http://bit.ly/suscribiteLG

Publiée par La García sur Samedi 29 décembre 2018

Publié par : http://www.albatv.org/Milagro-Sala-vuelve-a-casa.html

Traduction FAL 33

Post a comment

You must be logged in to post a comment.

Book your tickets