Mémoire du Chili : septembre 1973-2013

Le Collectif Mémoire (Delaba et Dissi. Migrations solidaires ; France-Chili Aquitaine : Les Amis de l'Ormée ; Pucéart), avec le soutien des associations Les Amis de la fresque murale de Pessac et L'Etoile Blanche, présente, du 13 au 26 septembre, à l'Espace Saint Rémi, à Bordeaux l'exposition Mémoire de l'Unité Populaire. Le rêve de Neruda.

Lire la suite : Mémoire du Chili : septembre 1973-2013

Expo Chili, Mémoire de l’Unité populaire

memoire unite populaireLe Collectif Mémoire a le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition Chili. Mémoire de l'Unité populaire. Le rêve de Neruda le samedi 14 septembre 2013, à partir de 19 h. à l'Espace Saint Rémi rue Jouannet à Bordeaux (Tram B Grand-Théâtre/Tram C Bourse)

Lire la suite : Chili, Mémoire de l’Unité populaire

Permaculture en Aquitaine

conseil regional aquitaineVenue d’Esteban GRAU en Aquitaine, permaculteur et spéléologue cubain France Amérique Latine Comité Bordeaux-Gironde (FAL33) a le plaisir d’accueillir du 3 juillet au 14 juillet Esteban GRAU, spéléologue et permaculteur du projet de développement durable sur le plateau de Bellamar (Matanzas) de la Fondation Antonio Nuñez Jiménez (FANJ) à Cuba.

Esteban GRAU est invité aux Rencontres régionales de la Coopération et de la Solidarité Internationale par le Conseil Régional d’Aquitaine afin de présenter les impacts les échanges réciproques entre la FANJ et des associations aquitaines depuis 2009 autour du projet.

Nous profitons de la venue d’Esteban afin de construire la suite de ce projet sur l’axe de l’eau, l’éco-construction et les éco-cuiseurs en collaboration avec des associations aquitaines.

Lire la suite : Permaculture en Aquitaine

Lettres du Monde : Argentine - du 5 octobre au 17 novembre

Le festival Lettres du monde / Argentina reçoit plus d'une trentaine d'invités — écrivains, traducteurs, éditeurs, universitaires, comédiens & musiciens — pour des rencontres d'auteurs, des conférences, des lectures et des lectures musicales, une lecture-concert, des films adaptés d'œuvres littéraires, des concerts...

France Amérique Latine 33 s'est associée à l'organisation de plusieurs événements dans le cadre de Lettres du Monde :

- Lundi 10 octobre à 20h30 : projection de La cifra impar de Manuel Antín, d'après une nouvelle de Julio Cortázar : Cartas de mamá/ Lettres de maman, présentation par Laurence Mullaly. Cinéma Utopia de Bordeaux.

- Jeudi 13 et vendredi 21 octobre à 18h30 : Rencontre : Rodolfo Walsh, le violent métier d'écrivain, avec Jean-Jacques Cheval, lecture de Laure Bedin. Le 13 octobre à la Bibliothèque des Capucins à Bordeaux, le 21 octobre à la Bibliothèque Pablo Neruda à Pessac.

- Dimanche 6 novembre à 11h30 : projection de Paris - Marseille de Sebastian Martinez, d'après Les Autonautes de la cosmoroute de Julio Cortazár et Carole Dunlop, présentation par Laure Bedin. Cinéma Utopia de Bordeaux.

Retrouvez tout le programme de Lettres du Monde, toutes les lectures, les rencontres et bien d'autres activités sur le site de Lettres du Monde  : http://www.lettresdumonde.com/ ou en cliquant sur l'image.


La cifra impar de Manuel Antín - Argentine, 1962, 85 minutes, VOSTF

Interprètes : Lautaro Murúa, María Rosa Gallo, Sergio Renán.

1962 : Prix de l'Asociación de Cronistas Cinematográficos de la Argentina : Meilleur opera prima, Meilleur Directeur, Meilleur scénario, Meilleur montage.

Il a représenté l'Argentine à la Muestra Internacional de Cine de Venecia.

Inspiré du conte de Julio Cortázar Cartas de mamá, la réalisation du film s'est accompagnée de la naissance d'une profonde amitié entre les deux créateurs, qui a continué jusqu'à la mort de l'écrivain.

Le fait d'avoir choisi le conte de Cortázar comme inspiration pour un film constitua une remise ne cause de la relation que certains metteurs en scène du cinéma argentin à l'époque maintenaient avec l'adaptation d'auteurs étrangers. Le film d'Antin a établi une forme d'expression cinématographique en écho avec les innovations formelles de l'écriture de Cortázar.

La cifra impar présente un style subtil, épuré, où les sinuosités du récit contribuent à rendre difficiles le discernement entre la fiction et la réalité, quant aux événements que vivent les personnages. Montage, encadrement, son et lumière sont des procédés cinématographiques qui, maniés dans cette oeuvre avec une extrème justesse, constituent des éléments destinés à exprimer une idée d'incertitude, de labyrinthe des conflits humains.

Source : http://www.lasudestadaparis.com/2006/cifra.htm

Retrouvez sur ce site, la biographie du réalisateur Manuel Antín : http://www.lasudestadaparis.com/2006/manuelantin.htm

 

Rodolfo Walsh, le violent métier d'écrivain

Né en 1927, Rodolfo Walsh se lance très tôt dans le journalisme, puis mène une double carrière d'écrivain et de journaliste. Il publie, en 1957, Opération massacre, devenu au fil des ans un livre-cultre, dans lequel il fait le récit, à la fois enquête minutieuse et roman policier à suspens, de crimes commis par l'Etat argentin sur des civils en 1956. En 1960, avec quelques collègues et l'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez, il crée à Cuba l'agence de presse Prensa latina. Retourné en Argentine en 1973, il y perdra sa fille, également militante radicale. Un an après le coup d'Etat, le 24 mars 1977, il écrit une Lettre ouverte d'un écrivain à la junte militaire. Le lendemain, il tombe dans un guet-apens au cours duquel il est probablement tué par les forces de la répression de la dictature militaire.

La rencontre aura lieu avec Jean-Jacques Cheval, professeur à l'Université de Bordeaux 3, lecture de Laure Bedin et avec la participation de Bernard Daguerre, critique littéraire (le 13 octobre).

 

Paris - Marseille de Sebastian Martinez - France, 2005, 71 minutes, VOSTF

Premiers jours d'août. Sebastian Martinez et sa femme se lancent sur l'autoroute Paris-Marseille en reprenant à leur compte les règles du jeu établies par Julio Cortazar dans son livre Los autonautas de la cosmopista/ Les Autonautes de la cosmoroute.

En 1982, l'écrivain argentin avait passé plus de 30 jours avec sa femme sur l'autoroute Paris-Marseille, sans jamais en sortir, avec deux arrêts quotidiens sur les 65 parking que compte le trajte. Le récit de ce voyage a pour titre Les Autonautes de la cosmoroute. Reprenant les règles du jeu, Sebastian Martinez compose un film personnel qui porte un regard décalé sur notre société, où se mèlent le temps du voyage, les rencontres et les textes de Cortázar.