En Amérique latine, les mouvements sociaux s’engagent contre le projet d’accord de libre-échange Mercosur/Union européenne

Dans un texte intitulé « Douze raisons pour lesquelles nous disons Non à l’accord de libre-échange Mercosur-Union européenne », mouvements sociaux et syndicats paysans latino-américains rejettent l’accord en cours de négociation, qui devrait aboutir avant la « fin mars » selon ses promoteurs. Et s’engagent à se mobiliser contre lui.

Selon ces mouvements populaires, l’accord bénéficiera « aux grandes entreprises du Nord et aux élites agro-exportatrices du Mercosur ». Il enfermera les économies sud-américaines dans un modèle de développement « extractiviste » et « reprimarisé », centré autour de l’agrobusiness. Ce modèle, destructeur pour l’environnement et l’agriculture, l’est également pour les droits sociaux. Les signataires, dont fait partie le réseau de syndicats paysans Via Campesina, accusent les négociateurs de préparer un texte qui affectera la souveraineté alimentaire et nationale des pays sud-américains et renforcera leur dépendance aux pays du centre de l’économie mondiale. Ils soulignent également qu’un accord promouvant l’extension des droits de propriété intellectuelle à de nouveaux domaines (semences, pharmacie) détruira l’agriculture paysanne et les possibilités de production et d’importation de médicaments génériques.

Mémoire des luttes publie l’intégralité, en espagnol, de ce texte.

12 razones por las que decimos
NO al Acuerdo de Libre Comercio MERCOSUR – Unión Europea

 

Nuestra agricultura, nuestros bienes naturales y nuestra alimentación en riesgo inminente

La posible firma del Acuerdo que los países del Mercosur buscan aprobar de manera urgente representa una inmensa amenaza a nuestros derechos conquistados en heroicas luchas populares, a nuestra soberanía y economías y a la posibilidad de nuestra integración regional con justicia socioeconómica y ambiental. Compartimos aquí 12 razones por las que nos oponemos e invitamos a sumarse al rechazo a la firma del Acuerdo vinculadas a nuestra producción de alimentos, nuestra Soberanía Alimentaria y Nacional y nuestros bienes comunes. Hacemos un llamado ante la próxima reunión de negociadores en Asunción a movilizarnos como pueblos para expresar un rotundo NO al Acuerdo en su conjunto.

1- Porque el Acuerdo ha sido negociado en forma secreta y sin consultar a la sociedad civil, los parlamentos y las organizaciones populares de los sectores que se verían afectados en nuestros países. Los únicos documentos que se han hecho públicos, que no son los definitivos y no dan cuenta de la historia de la negociación (y por ende del proceso de concesiones mutuas en su transcurso) surgieron de filtraciones, entre ellas las que difundió Greenpeace Holanda como Mercosur Leaks (http://bilaterals.org/?-eu-ftas-&lang=es).

2- Porque el Acuerdo busca beneficiar a las grandes empresas del norte y las elites agroexportadoras del Mercosur, y se lo disfraza como un “Acuerdo de Asociación” mientras la agenda en negociación entre ambos bloques incorpora los elementos más nocivos de la agenda del libre comercio, que es cada vez menos libre y trata de asuntos cada vez más amplios que los típicamente comerciales, afectando seriamente la capacidad y el margen de maniobra de los gobiernos en materia de políticas públicas para el bienestar general.

3- Las elites del Mercosur buscan con este Acuerdo fortalecer la exportación basada en la ganadería industrial y la soja. De firmarse el Acuerdo profundizará los problemas que el agronegocio ya está produciendo en la región : deforestación, expulsión de campesinos, contaminación por agrotóxicos, destrucción de las economías regionales, pérdida de Soberanía Alimentaria y creciente vulnerabilidad alimentaria. Los campesinos y campesinas y pequeños productores familiares son quienes producen la mayor parte de los alimentos en la región. El modelo impuesto por el Acuerdo impulsa el control territorial por parte del agronegocio y profundizará la violencia, criminalización y persecución que hoy sufren las comunidades campesinas en toda la región.

4- Porque nuestras semillas serán criminalizadas y privatizadas y estará prohibido su intercambio y su libre circulación. Esto ocurrirá porque en materia de Propiedad Intelectual se está negociando en todos los aspectos relativos a su regulación. En el ámbito de las semillas el texto filtrado dice “cada Parte protegerá los derechos sobre obtenciones vegetales, de conformidad con el Convenio Internacional para la Protección de las Obtenciones Vegetales adoptado en París el 2 de diciembre de 1961, revisado por última vez en Ginebra el 19 de marzo de 1991 (ACTA UPOV 1991)”. Esto significa la imposición de las Leyes Monsanto en todos nuestros países.

5- En el mismo capítulo de Propiedad Intelectual se impone la adopción del Tratado de Cooperación en Materia de Patentes (Tratado PCT) que promueve lafacilitación del patentamiento a escala global. Esto puede significar la imposición de la posibilidad de patentes sobre la vida, cuestión que en la actualidad es rechazada por las legislaciones nacionales en el Mercosur. Asimismo, el capítulo en negociación impone nuevas restricciones a la utilización de datos de prueba en la industria farmacéutica, lo que podría repercutir en restricciones a la producción de medicamentos genéricos cercenando el derecho de acceso a la salud e imponiendo fuertes cargas a los presupuestos nacionales en materia de salud pública a partir de un encarecimiento de los fármacos disponibles.

6- Las empresas nacionales se verán desplazadas ya que el capítulo de servicios permite que las inversiones extranjeras de empresas que establezcan sus filiales en el país de la contraparte queden sujetas al tratamiento preferencial que ofrece el Acuerdo. Esto significará un retroceso pues la postura inicial de MERCOSUR era no negociar en materia de inversiones.

7- El acuerdo restringe seriamente la soberanía de nuestros países para definir programas y políticas de mayor importancia, tales como la adopción de medidas contra el cambio climático, por la seguridad y soberanía alimentaria y por el derecho de los pueblos originarios a la consulta previa e informada. Responde a una clara vocación de profundización del modelo primario exportador, la cada vez mayor adopción de compromisos que limitan la implementación de políticas a favor de la diversificación de la matriz de producción, políticas soberanas de ciencia, innovación e investigación, promoción industrial y promoción de emprendimientos alternativos y sustentables.

8- Las empresas europeas podrían acceder a las licitaciones públicas realizadas por entidades gubernamentales de la más amplia circunscripción territorial. Esto se debe a que en materia de Compras del Estado las exigencias de la Unión Europea significan en los hechos la imposición de las condiciones del Acuerdo Plurilateral de Contratación Pública de la OMC que no ha sido firmado, y por lo tanto no obliga, a ninguno de los países miembros de MERCOSUR.

9- Mientras que se declaran objetivos de promoción de la incorporación de las PYMES a las cadenas transnacionales de valor, el encuadre de la relación birregional en los estrictos esquemas del libre mercado vuelve poco creíble las ya de por sí débiles afirmaciones de carácter desarrollista. La renuncia a las compras públicas como herramientas de promoción del desarrollo productivo en sectores “de industria naciente” o de la economía social y solidaria es una señal muy negativa para las PYMES y representa una clara contradicción con los objetivos de promoción a estas unidades productivas que se proclaman.

10- Las medidas sanitarias y fitosanitarias seguirán siendo usadas por la UE para impedir el acceso de productos agropecuarios del Mercosur a su mercado, más que como herramienta legítima de protección de la salud de su población, ya que esto es lo que tradicionalmente ha hecho. Las intensas discusiones en torno al capítulo de Medidas Sanitarias y Fitosanitarias, reflejadas en la versión filtrada de junio de 2017 e intensificadas según fuentes en Bruselas, nos sugieren que la UE seguirá profundizando esta tendencia.

11- El capítulo sobre Empresas del Estado que ha sido incorporado por la UE a la mesa de negociación hará que los Estados se comprometen a que sus empresas funcionen bajo estrictas consideraciones comerciales, se limita la capacidad de que éstas incidan en la promoción de sectores de la producción, se menosprecia la función pública a favor del interés general que también debe expresar el Estado a través de sus empresas. Se trata de una materia que se ha venido reiterando en diversos acuerdos de libre comercio de la UE, con algunos aspectos comunes en su contenido.

12- La incorporación de un capítulo sobre comercio electrónico introduce otro frente de asimetrías en la relación birregional. La obligación de asegurar el libre flujo de datos, la protección de los códigos fuente y la permanencia de reglamentaciones nacionales lo más laxas posible para la operación de las transnacionales, son elementos estratégicos de este capítulo. Se busca congelar las condiciones de preeminencia de las grandes empresas del Norte y profundizar su capacidad de concentrar riqueza. La fijación de estos estándares no hace más que profundizar el oligopolio transnacional en la economía digital y deja poco margen para la construcción de políticas que presenten alternativas a una inserción periférica de las economías de la región en el marco de la Revolución 4.0.

Finalmente remarcamos que este acuerdo será un paso hacia un Tratado de Libre Comercio aún más amplio que con nuevos capítulos implicará nuevas amenazas hacia nuestros pueblos.

Estos son los 12 principales motivos por los que consideramos que no puede ser aprobado el Acuerdo de Libre Comercio MERCOSUR – Unión Europea

Documento producido por la Alianza Biodiversidad integrada por

  • Acción por la Biodiversidad, Argentina
  • REDES – Amigos de la Tierra, Uruguay
  • Grupo Semillas, Colombia
  • Acción Ecológica- Ecuador
  • Anamuri, Chile, por la Campaña Mundial de la Semilla de Vía Campesina América Latina
  • BASE-IS, Paraguay
  • COA, Colectivo por la Autonomía, México
  • CLOC-Via Campesina
  • Red de Coordinación en Biodiversidad, Costa Rica,
  • Centro Ecológico, Brasil
  • ETC Group, México
  • GRAIN, Argentina y Chile

Déclaration du réseau « Alianza Biodiversidad », publiée le 28 février 2018 sur le site d’Alai : https://www.alainet.org/es/articulo/191198

http://www.medelu.org/En-Amerique-latine-les-mouvements

Rencontre de solidarité des organisations populaires vénézuéliennes avec le mouvement communard de l’État de Lara

Ce dimanche 25 février 2018 s’est achevée la « Rencontre de Solidarité avec le Mouvement Communautaire Simon Planas », dans l’État de Lara, à laquelle ont participé environ 600 personnes appartenant à plus de 50 organisations provenant de différents coins du pays, et au cours de laquelle l’orientation stratégique du mouvement révolutionnaire chaviste a été confirmée, avec pour objectif la construction de l’État communal ; pour avancer dans cette voie, des tâches indispensables ont été déterminées, comme la conquête de la souveraineté alimentaire ou la création de villes communales socialistes afin de franchir le pas décisif vers la Confédération communale.

Durant la journée de samedi, des tables rondes ont permis d’analyser de manière collective les caractéristiques de la période que traverse actuellement la Révolution Bolivarienne et comment le mouvement communal peut, en articulation avec les autres formes d’organisation tant rurale qu’urbaine, réagir aux circonstances présentes. Parmi les premiers accords qui se sont dégagés de ces journées de travail, il y a la  résolution que ce sera dorénavant El Maizal qui ira constater le travail réalisé par les autres communes et organisations sur tout le territoire, renforçant ainsi un processus de coordination qui permettra de poursuivre le développement d’une économie communale en réaction aux dynamiques économiques actuelles encore largement dominées par des normes capitalistes.

Angel Prado, Constituant et principal porte-parole de la Commune El Maizal, souligne la nécessité de faire progresser l’industrialisation communale afin que ce soit le pouvoir populaire organisé qui non seulement assure la production, mais aussi la transformation et la distribution des denrées alimentaires, car actuellement la production doit être livrée à des intermédiaires publics ou privés qui, en dernière instance, ne donnent pas la garantie « que les habitants de Caracas ou Barquisimeto mangent du pain fait avec le maïs récolté à la Commune ».

La Commune José Antonio Anzoategui, située dans l’Orient du Pays, a indiqué que durant l’année 2016, quasi 500 tonnes de maïs ont été fournies aux silos d’Agropatria, ce qui représente 75% de sa production, « mais ensuite nous avons vu partir cette production de nuit, dans des camions aux destinations incertaines tandis que nos communautés devaient acheter la farine au tarif du bachaqueo », signale le porte-parole de la Commune. Il poursuit en ces termes : « nous avons confié non seulement notre production aux Institutions, mais aussi nos espoirs et nos rêves, mais des fonctionnaires sans scrupules ont fini par les trahir ». C’est à ce titre que la Commune exige le transfert des silos tout comme de  l’usine de transformation du maïs d’Agropatria.

Lors de l’échange de données d’expérience  ont été signalées des iniatives prises par différents réseaux solidaires de distribution, comme « Pueblo a pueblo », « Alpargata Solidaria » ou « SACO » (Système de Production et d’Approvisionnement Communal), réalisations visant à exclure les intermédiaires et les spéculateurs en apportant directement la production du champ aux consommateurs, qui à leur tour peuvent intégrer leurs propres biens et services dans cet échange.

La soirée du samedi s’est terminée par la présentation de diverses cultures populaires, dont Amaranta Pérez accompagnée d’une chorale de garçons et de filles qui ont participé à cette activité en montant la mise en scène en un temps record. Des groupes de danses locales se sont également produits, dont certains au son du Tamunangue et d’autres rythmes de tambour, racontant aux public le passé d’esclavage de l’homme et de la femme noirs et leur lutte pour s’en libérer. Le merengue paysan et le hip hop ont aussi résonné sur le podium, exprimant toute la diversité du mouvement populaire chaviste.

 

Soutien au Président Nicolas Maduro aux prochaines élections

La journée de dimanche a clôturé la Rencontre de Solidarité par une manifestation qui a parcouru le village de Sarare jusqu’à la place Bolivar où les portes-paroles des différentes organisations ont pris la parole pour présenter leurs bilans et prévisions, ainsi que leurs conceptions novatrices de l’avenir sur le plan organisationnel et celui des élections. Les différents portes-paroles ont réaffirmé leur soutien au Président Nicolas Maduro aux prochaines élections présidentielles du 22 avril, en soulignant que son leadership incarne l’unité du chavisme face à l’offensive nord américaine qui ne reconnait pas l’institutionnalité vénézuélienne et insiste sur sa théorie d’état en faillite pour justifier une intervention politique, économique, diplomatique sans exclure une intervention militaire dans l’objectif de désarticuler et d’éliminer la Révolution Bolivarienne.

Les Partis « Patrie pour Tous » (PPT) et le Parti Communiste du Venezuela (PCV), dont les principaux représentants se sont récemment réunis avec le Président Maduro, ont également réaffirmé leur soutien à sa candidature non sans avoir auparavant demandé que soient résolus des cas comme ceux d’Angel Prado à Simon Planas (Etat de Lara) et Regulo Reina à Libertador (État de Monagas), qui ont été élus maires lors des dernières élections du 10 décembre dernier, alors que le Conseil National Électoral (CNE) a proclamé maires d’autres candidats du Parti Socialiste Unifié du Venezuela (PSUV) dans ces localités.

Lors du meeting de clôture, Angel Prado a réaffirmé la nécessité d’instituer Simon Planas comme District Moteur du Développement Agro-industriel, proposition qui avait été faite par le Commandant Chavez lors d’une de ses visites à la Caruciena, et durant laquelle il avait demandé au peuple de s’organiser en Commune, le gouvernement lui garantissant les ressources nécessaire ; cette action aurait permis de proclamer la souveraine alimentaire de cette région du Lara pour au moins 15 produits alimentaires.

Lien : « Déclaration de la Rencontre de Solidarité avec le Mouvement Communal de Simon Planas« .

JC/Alba Tv/2018

Source : http://www.albatv.org/Encuentro-de-solidaridad-con-Simon.html

Traduction : Frédérique Buhl

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-40Y

La solidarité internationale en temps de guerre

 

Par Marco Teruggi, le 22 février

 

Nous sommes encore plus seuls. Ce n’est pas une nouveauté, c’est une tendance qui s’approfondit. La solidarité internationale avec le Vénézuela a diminué en particulier après les mois d’avril/ juillet de l’an dernier. Des alliés qui étaient proches avant ont pris de la distance, ainsi que d’autres qui examinaient avec attention le processus et nous défendaient devant les avalanches d’accusations  lancées par los médias rassemblés et les forces de droite. On n’est plus seulement dans l’obligation de déconstruire les éléments  bases qui répètent que le Vénézuela est une dictature, mais aussi de reconstruire le tissu de liens à la révolution qui a souffert. Ce sont deux niveaux distincts qui demandent des stratégies différenciées.

Dans cette configuration, on peut opter pour se décharger de toute responsabilité sur les autres. Les  œillères et l’homogénéité des grands médias de communication internationaux sont  terribles . Une grande partie de l’espace est interdit à ceux qui ne répètent pas le discours qui vise à isoler le Vénézuela. A tout cela, se sont agrégées les voix de toute une gamme de présidents d’Amérique Latine et d’Europe. On peut aussi attribuer à ceux qui se sont éloignés une série d’adjectifs : opportunistes, traîtres, intellectuels qui se sentent bien seulement où il y a du soleil – le Vénézuela n’est plus soleil mais tempêtes – et claudiquent devant les pressions politiques dans chacun de leurs pays, complices par choix.

Mettre toute la responsabilité dans le camp de l’autre est finalement malhonnête et surtout peu constructif. Je ne doute pas que certaines postures publiques –et le silence en est une– puissent être expliquées par la complexification de ces qualifications. Mais cela signifie que nous ne nous questionnons pas sur nos échecs, sur ce que nous n’avons pas fait ou mal fait, et éloigne la possibilité de renouer les liens nécessaires autour du Vénézuela, de réarticuler des solidarités entre les gauches, les progressismes, et les écologismes dans le cas de l’Europe. Ce sont eux, essentiellement , qui peuvent discuter sur le sens de ce qui se passe au Vénézuéla dans chacun de leurs pays, par des débats, des votes, des mobilisations, selon les rapports de forces politiques et de communication qui, en général ne sont pas favorables. Ceci est indispensable dans cette situation où on entend des armes se charger à la porte de nos frontières alors que les solidarités ne sont pas automatiques.

Le premier niveau de défense est le caractère démocratique du processus politique qui se vit au Vénézuela. Là, on a reculé. L’opinion publique qui identifie le chavisme comme une dictature est de plus en plus répandue. C’est ce mot, par exemple,  qui est le plus associé à Vénézuela  quand on fait un relevé dans les médias de communication en Suède – ça pourrait s’étendre à plusieurs autres pays. Le deuxième mot qui apparaît le plus est « corruption ». Ces éléments de langage sont répandus furieusement : il leur est absolument nécessaire de les répéter jusqu’à la nausée pour créer les conditions face à une possible nouvelle action de force nationale/ internationale .

Dans cette dimension du débat, on a besoin  d’outils concrets : lois, articles de la  constitution, sentences du Tribunal  Suprême de Justice, faits, déclarations comme celles de la commission des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies qui a affirmé en décembre qu’ il n’y avait pas de crise humanitaire au Vénézeula. A l’extérieur, il existe des doutes autour de l’assemblée nationale constituante, sur la légalité de l’avancée des élections, les raisons qui expliquent que la Table d’Unité Démocratique (MUD)  ou Volonté Populaire ne puissent pas se présenter aux élections présidentielles. Il s’agit de convaincre ceux qui pourraient apporter leur appui mais qui se trouvent à court d’arguments dans une situation de haute tension , ou de se défendre contre les attaques systématiques de la droite. Ce qui importe, c’est bien connu, c’est la légalité, mais aussi et surtout, la légitimité.

Ce niveau est nécessaire mais insuffisant. On court le risque de se trouver limités par ce que certains, à l’extérieur, voient comme de la victimisation. Cela se traduit par un discours qui consiste en un décalogue des agressions internationales / nationales, accompagné par la défense de tout acte du chavisme. Le discours du bien et du mal peut avoir un effet pour la défense de la démocratie et pour démasquer l’ennemi, mais il a peu de force pour reconstruire la solidarité, pour parler avec les gauches, les progressismes qui , de plus, se trouvent dans une période de doutes plus que de certitudes  – le Vénézuela était une des certitudes, maintenant moins. Il est nécessaire de mettre en débat la révolution comme révolution et pas avec le clivage du bien/ mal.

Le processus a des contradictions, des passions joyeuses, des passions tristes,  des policlassismes qui mettent en tension les voies de sorties de la guerre/ crise économique, des outils politiques, des mouvements, des expériences d’organisation populaire, des logiques bureaucratiques,, épiques, plus d’un million neuf cent mille logements donnés etc. Il est nécessaire d’analyser cela, de le traduire dans d’autres  langages politiques, penser un narratif qui sorte des expressions comme « commandant suprême », et de la liturgie de propagande, qui sont contre productifs dans d’autres pays, – souvent aussi au Vénézuela .

Cela signifie que l’on doit creuser l’analyse du processus lui-même, toujours dans le cadre général dans lequel il se développe. La voix officielle est évidemment indispensable, mais elle devient insuffisante à elle seule pour ce deuxième niveau : c’est une (auto) limitation que de défendre la révolution seulement du point de vue de l’institutionalité et de peu de dirigeants . On ne profite pas de la puissance du chavisme, on le réduit à la direction du gouvernement et du Psuv, et la révolution est présentée comme faisant face à une avalanche d’images d’inflation, queues, migrations, opposants virulents à l’étranger, avec un discours bien souvent éculé, pour les convaincus d’avance.

Nous avons besoin de reconstruire des stratégies de communication, de pouvoir de nouveau enthousiasmer, et cela passe par l’ouverture des prises de parole vers l’extérieur, des récits, des débats sur la révolution elle-même. Il faut aussi revoir, par exemple, les rencontres de solidarité réalisées au Vénézuela, où le schéma hôtel/ salle fermée/ dialogue avec quelques dirigeants est une formule à effets limités. Pour rendre amoureux de la révolution, il faut la faire partager à la base, avec des expériences comme des assemblées communales, des distributions des CLAP (comités d’approvisionnement), dans le pays profond, sans la climatisation. La révolution, ce sont les dirigeants formels ? Ce serait une grave erreur de la concevoir ainsi, une erreur qui arrive, et c’est une partie de notre problème à l’intérieur comme à l’extérieur.

C’est un second niveau clé . Il implique aussi de reconnaitre les problèmes, de les analyser, de les expliquer ; par exemple le développement de la corruption et son combat, la difficulté à réussir l’extension de la base productive malgré les essais qui ont été faits dans cette voie – à l’extérieur, tout le monde se demande pourquoi le chavisme n’a pas essayé-, ou quelles erreurs avons nous commises pour ne pas réussir à stabiliser la situation économique provoquée par la stratégie de l’ennemi. Faire le procès des limites octroie une plus grande crédibilité et cette crédibilité est aujourd’hui indispensable

 

Cette analyse est le fruit d’une tournée que nous avons faite en janvier et février dans plusieurs villes d’Europe, où nous avons fait des tables rondes, donné des interviews à différents  médias ; une initiative qui a été possible grâce à des associations ,des forces politiques, qui travaillent à la solidarité avec le Vénézuela. La conclusion, après cette expérience , c’est que l’on peut reconstruire un tissu de soutien public, mais  qu’on y arrivera difficilement si on maintient le pilote automatique. L’ennemi a développé une force internationale dans le cadre d’une avancée des droites dans plusieurs pays ; il dispose d’alliances puissantes –qui constituent l’ennemi lui même- et sait jouer sur le terrain de la communication. La révolution, comme dans d’autres domaines,  doit se réinventer pour se défendre et apporter ses enseignements qui sont nombreux. Telles sont les pistes pour le faire. Cela devient urgent dans ce contexte d’isolement croissant et un ciel qui se couvre de nuages d’orage.

Source: https://hastaelnocau.wordpress.com/2018/02/22/la-solidaridad-internacional-en-tiempos-de-guerra/

Traduction pour FAL33 : Marie Claire Richard

Un plan de l’opposition incluant des actions terroristes a été déjoué

Venezuela | 23 février 2018

Un plan de l’opposition, monté par un parti d’extrême droite, prévoyait d’enlever l’ex ministre de l’économie et ex président de la Banque Centrale du Venezuela (BCV), Nelson Merentes, a informé ce jeudi le président de la République Bolivarienne du Venezuela, Nicolás Maduro Moros.

Un groupe de personnes militantes de Voluntad Popular (VP), a été arrêté au nord de la ville de Caracas. «Nous avons des enregistrement, des vidéos, des  témoignages, des témoins, des aveux du parti terroriste Voluntad Popular, de la préparation de l’enlèvement et de l’attentat», assure le chef de l’État vénézuélien.

Le Président a informé que deux personnes ont été arrêtés pour les faits, et qu’il a ordonné au Chef des Services Bolivariens d’Intelligence Nationale (Sebin), Gustavo González López, d’informer les vénézuéliennes  et les vénézuéliens des détails de cette découverte.

«Si les partis d’opposition ne vont aux élections, quel chemin prennent-il ? Un coup d’État pour assumer la présidence? Ils vont recommencé le terrorisme et les «guarimba»?», a-t-il dit.

González López a informé sur son compte officiel de Twitter (@GJGonzalezLopez), que coupe est en lien avec une nouvelle escalade terroriste dans le pays.

Cet après-midi, le Chef de l’organe d’Intelligence, a donné les détails des plans déstabilisateurs exécuté par Voluntad Popular :


Con información de AVN

AlbaTV http://www.albatv.org/Fue-desarticulado-plan-opositor.html

L’Amérique n’a pas de maître

Gabriela Avila Gomez

Une fois de plus, revenus aux principes de la doctrine Monroe, les États-Unis prétendent faire de la région son « arrière-cour ». « L’AMÉRIQUE aux Américains » est une expression qui résonne depuis le 19e siècle aux oreilles de ceux qui luttent pour l’intégration régionale et pour l’unité au-delà de la diversité

Cette expression, qui répond à la doctrine Monroe, attribuée au président James Monroe, semblait avoir été reléguée un certain temps dans un recoin des diverses administrations des États-Unis, bien qu’elle n’ait jamais été abandonnée.

Aujourd’hui, le gouvernement étasunien, dirigé par le président Donald Trump l’a remise au goût du jour, plus présente que jamais, depuis sa candidature à la Maison-Blanche sous le slogan de campagne « Make America great again » (Rendre l’Amérique grande à nouveau).

Telle a été sa politique depuis l’année dernière, lorsqu’il a pris les commandes du pays : il s’est attaqué aux migrants, il a défendu l’idée du « protectionnisme » économique et, concernant notre île de Cuba, il est revenu sur bon nombre des avancées réalisées au cours du précédent mandat de Barack Obama.

À présent, son objectif est de s’abattre avec cette force supplémentaire sur nos peuples d’Amérique latine. L’un des hauts fonctionnaires de l’administration Trump, le Secrétaire d’État Rex Tillerson, vient d’effectuer une tournée dans plusieurs pays de la région. Le motif ? Comme cela avait été annoncé précédemment, 2018 sera l’année des Amériques. Aussi cherche-t-il à promouvoir la division et la soumission parmi les gouvernements du continent.

Peu avant son départ pour une tournée très médiatisée, qui l’a conduit au Mexique, en Argentine, au Pérou, en Colombie et en Jamaïque, Tillerson n’a cessé d’insister sur cette idée, et il a affirmé : « Parfois, nous oublions l’importance de la doctrine Monroe et ce qu’elle signifie pour notre hémisphère, c’est pourquoi je pense qu’elle est tout aussi importante que lorsqu’elle a été écrite ».

Le gouvernement des États-Unis a pour aspiration que l’Amérique latine redevienne son arrière-cour, et tout cela se passe à un moment où l’on attend le Sommet des Amériques, qui aura lieu en avril prochain au Pérou.

Une rencontre qui exigera l’unité régionale, fissurée par des facteurs tels que le retour de la droite dans certains pays comme le Brésil, l’Argentine et, plus récemment, le Chili avec l’élection du président Sebastian Piñera, ainsi que la persécution de dirigeants politiques et de figures influentes (Dilma Rousseff, Luiz Inacio Lula da Silva et Cristina Fernandez).

Il devient donc nécessaire de promouvoir des mécanismes régionaux tels que l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP) et la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac).

VENEZUELA : UNE « PIERRE » DANS LA CHAUSSURE

L’un des objectifs de la tournée de Tillerson dans les pays d’Amérique latine était polarisée sur le Venezuela, une « pierre » dans sa chaussure et celle de son administration, qui défend la tristement célèbre expression « l’Amérique aux Américains ».

Le gouvernement du Président Nicolas Maduro et l’opposition dans ce pays étaient sur le point de signer l’Accord de coexistence démocratique.

Après des mois de conversations tenues en République dominicaine, les points en discussion avaient été résolus. Or, seul le gouvernement a apposé sa signature au bas du document, l’opposition ayant refusé de signer.

Selon Jorge Rodriguez, chef de la délégation gouvernementale, ce refus est dû aux pressions exercées par Tillerson.

Le Secrétaire d’État, qui se trouvait en Colombie à ce moment-là, a eu des entretiens avec le chef de l’opposition, Julio Borges, qui ont abouti au refus de signer l’Accord de la part de l’opposition vénézuélienne.

Le gouvernement a lancé plusieurs appels à l’opposition pour qu’elle achève sa mission et accepte de signer, et que la paix revienne au Venezuela.

Par ailleurs, durant son séjour à Bogota, le Secrétaire d’État a également appelé au « rétablissement de la démocratie au Venezuela », et déclaré qu’il ne reconnaîtrait pas les résultats des prochaines élections présidentielles dans ce pays, prévues en avril de cette année.

À propos de cette tournée, Maduro a déclaré : « Personne ne menace le Venezuela, s’il veut déclarer un embargo pétrolier des États-Unis contre le Venezuela, le Venezuela se remettra de toute menace ». Souvenons-nous que des siècles avant que tout cela ne se produise, le Libertador Simon Bolivar avait mis en garde contre les prétentions impérialistes de ce pays nord-américain : « Les États-Unis semblent destinés par la providence à couvrir de misères l’Amérique au nom de la liberté. »

Gabriela Avila Gomez

http://fr.granma.cu/mundo/2018-02-15/lamerique-na-pas-de-maitre
https://www.legrandsoir.info/

Arc Minier de l’Orénoque: la solution accusée d’être le problème, par José Roberto Duque

Par Roberto Duque et César Vázquez le 15 Décembre 2018

Le pilonnage contre le Révolution Bolivarienne fait rage sur tous les fronts à la fois. Comme cela se passe ailleurs, c’est l’artillerie informative qui confère à l’agression son caractère massif, cherchant à conditionner la population, sujet et objet du phénomène “opinion publique”. Parmi les nombreux objectifs de guerre identifiables dans l’attaque contre le Venezuela, le plus vulnérable est probablement l’Arc Minier de l’Orénoque (AMO), un plan de régularisation de l’exploitation minière décrété par le gouvernement national en février 2017.

On peut qualifier ce thème de “vulnérable” parce que comme il s’agit d’une tentative d’organiser et d’exploiter de manière souveraine la mine au Venezuela, il fait s`élever les voix de protestation, en premier lieu, des mafias et des bandes criminelles qui contrôlaient l’exploitation de l’or, des diamants et du coltan au sud du fleuve Orénoque; en deuxième lieu, des groupes environnementaux et des organisations sociales (authentiques ou opportunistes, les deux existent), préoccupés par certains énoncés de l’Arc Minier de l’Orénoque, et dévastés dans leur sensibilité par une propagande systématique et bien organisée. En troisième lieu, viennent les attaques contre l’Arc Minier de la part des transnationales et des gouvernements étrangers qui voient freiné ou stoppé leurs plan de tirer bénéfice des richesses minérales du sol vénézuélien. En dernier lieu intervient aussi un secteur citoyen qui n’a jamais été intéressé ni par le thème de la mine, ni par celui de la souveraineté, pas plus que par la problématique indigéniste ou environnementale, mais qui voit dans l’Arc Minier un thème facile pour insulter et pester, même sans éléments concrets.

Exploitation minière ou seulement responsable ?

L’Arc Minier de l’Orénoque (AMO) est un thème sensible et vulnérable pour une raison puissante: l’exploitation minière, pour tout ce qu’elle représente dans le capitalisme industriel, est un thème facile à attaquer et susceptible de criminalisation. Il est pratiquement impossible de parler en termes laudatifs d’une activité qui a détruit nature et cultures, et qui a appauvri les pays pauvres dont le sous-sol contient la matière première. Quand le gouvernement vénézuélien a créé le Ministère du Pouvoir Populaire pour le Développement Minier Écologique, le nom fit scandale, qui suggère qu’on peut faire de l’exploitation minière tout en contribuant à l’écologie. Quand on donne les éclaircissements et les précisions nécessaires – il n’existe pas d’exploitation minière écologique mais il existe une forme hautement polluante de l’exercer -, il est trop tard: le nom du ministère fonctionne comme le titre des articles, et la majorité s’y arrête sans approfondir le contenu.

 

Le résumé ou la synthèse de ce cirque volant communicationnel est celui-ci : on attribue à l’Arc Minier (créé en 2017) toute la dévastation causée par un exercice irresponsable, esclavagiste et déprédatrice de l’exploitation minière pendant les deux siècles antérieurs. Il n’a servi à rien d’informer, intensément et de manière soutenue, sur le fait que l’Arc Minier est la réponse de l’État pour diminuer la pollution engendrée par l’activité extractiviste, pour faire que la classe ouvrière (travailleurs de la petite exploitation minière) s’engagent à une exploitation plus propre et responsable, pour préserver les zones sacrées et peuplées par les peuples indigènes. Toujours revient la campagne qui rejette la faute sur l’État vénézuélien de générer ce qu’il vient en réalité éradiquer et corriger.

Le contexte est le suivant. Il y a des territoires au nord de l’état de Bolivar (sud du Venezuela, limitrophe avec le Brésil et le territoire de l’Essequibo) où on pratique depuis 200 ans l’exploitation minière, moyenne et à grande échelle. Dans ces zones s’est développé, comme dans toute ville ou conglomérat humain produit par les dynamiques économiques extractivistes, un réseau de mafias, prostitution et drogues, pollution au mercure, dévastation des zones naturelles, présence de transnationales (dans la seconde moitié du vingtième siècle) et corruption. Pour ces raisons, l’Etat a décrété un plan, applicable dans des zones spécifiques de ces territoires, baptisé Zone de Développement Stratégique National Arc Minier de l’Orénoque. L’État vénézuélien avait une dette historique envers les habitants de cette région et de tout le Venezuela, qui consistait à reprendre le contrôle souverain de ce territoire et de ses ressources, et cela ne peuvent le faire à eux seuls ni le gouverneur de Bolivar, ni les Forces Armées, ni l’entreprise privée, ni un ministère. L’Arc Minier compte parmi ses principes directeurs le respect des peuples indigènes, la protection de zones où il n’est ni nécessaire ni pertinent de développer l’exploitation minière, la mise en œuvre de techniques et de méthodes moins toxiques et moins destructrices que l’usage traditionnel du mercure, et la dignification et la relance de la petite exploitation (activité dont vivent des milliers de familles depuis plusieurs générations) alors que se réduit et se régule l’exploitation minière à grande échelle. Il est faux que vont être dévastés 111.800 kilomètres carrés de forêt, comme le dit la propagande contre l’Arc Minier: le décret estime que moins de 5 pour cent de ce territoire sera directement affecté, et que cela est suffisant pour extraire les ressources du sous-sol.

DTMKANfX0AACU2j

Le gros de la campagne contre l’Arc Minier s’est appuyé sur des images et des témoignages recueillis dans les zones minières… avant le décret gouvernemental. Fleuves éteints et réduits à des puits stériles pleins de mercure, vastes zones forestières dévastées. Il s’est avéré incroyablement difficile d’expliquer aux groupes d’opinion créés à ce sujet comprennent que l’Arc Minier est une solution potentielle à ces dévastations et non leur origine.

Tandis que cette propagande négative se renforce et que se déploient des sites informatifs ( http://arcominerodelorinoco.com/ ) financés par la NED (National Endowment for Democracy (cette façade montée par le Département d’État pour “laver” ou filtrer ses rétributions aux mouvements anticommunistes, progressistes et anti-vénézuéliens d’Amérique) charriant tous les préjugés et les mensonges proférés contre l’AMO, le travail sur le terrain a commencé à démontrer son efficacité en matière de captation souveraine et responsable de ressources. Le Venezuela a produit entre 2012 et 2016, 5,1 tonnes d’or, avec des processus conventionnels et l’intervention minière à grande échelle. En seulement huit mois à partir de l’activation de l’Arc Minier de l’Orénoque, la production a atteint 8,6 tonnes. Ces 8,6 tonnes ont été converties en lingots et entreposées dans les chambres fortes de la Banque Centrale du Venezuela, pour grossir les réserves internationales, les actifs de la République.

Le cas le plus récent et vérifiable du pillage de l’or vénézuélien est celui de Curaçao, une dépendance hollandaise des Caraïbes proche de nos côtes: cette île a exporté 2.300 millions de dollars en or entre 2010 et 2015, sans posséder une seule mine d’or…

DSLEtRIXcAItkc0

L’explication de ce saut olympique tient à deux facteurs d’explication: le contrôle effectif des ressources exploitées, qui auparavant “s’évadaient“ impunément par d’autres pays à travers les fleuves et les forêts, et l’encadrement de la petite exploitation minière, jusqu’ici considérée comme illégale et objet de persécution.

Classe ouvrière et communautés de mineurs

Dans la petite exploitation se trouve la clef, non seulement de l’augmentation de la production mais de l’humanisation et de la reconnaissance de l’activité minière. Les travailleurs se sont organisés en Conseil Populaire Minier, et cette instance de travailleurs maintient une relation net une coordination directes avec l’État. En échange de cette reconnaissance ce sont les travailleurs organisés qui concrétisent et massifient les instructions et la philosophie de l’Arc Miner : petit à petit on élimine l’usage du mercure (la technologie d’extraction par cyanure et charbon actif est moins risquée et moins polluante), on réalise un recensement des travailleurs qui interviennent dans le processus, on vérifie l’accomplissement des engagements centraux: les ressources extraites ne sont vendues qu’à l’État (un coup porté aux mafias transnationales) et les zones protégées et les territoires indigènes sont respectés et préservés.

De nombreux activistes de l’agroécologie, et beaucoup d’entre nous, défenseurs d’une agriculture propre et liée à la terre, souhaiteraient que l’exploitation minière soit proscrite come activité économique. Mais dans des territoires où il y a des communautés qui vivent de la petite exploitation minière depuis plusieurs générations cette élimination ne serait pas possible sans perpétrer un véritable génocide. Après avoir longtemps tourné le dos à l’exploitation minière l’État vénézuélien a permis que croissent des phénomènes parallèles et pervers de l’extractivisme criminelle à grande échelle et la délinquance organisée qui a pillé ces ressources durant des siècles.

Il y aura certainement une opposition au projet, et le discours transversal continuera à être la perversion de l’activité minière en tant qu’activité extractiviste. Toute attaque transnationale, corporative ou de gouvernements ennemis, sera compréhensible et logique. La difficulté sera de concilier le discours de groupes environnementalistes (authentiques ou manipulés) du Venezuela qui continueraient à attaquer l’exploitation minière pendant que l’on continue à se servir de l’activité minière par antonomasie : la pétrolière. Attaquer l’activité minière pendant qu’on vit du pétrole : c’est le paradoxe fondamental de ces étranges temps de furie antivénézuélienne.

RUM6

L’assemblée informative commence avec les mineurs, avant d’initier le recensement. Ils sont dans une communauté proche de Tumeremo, mais plus proche du territoire de l’Essequibo, où sont arrivés au bout d’un voyage de plusieurs heures en barque. Les jeunes du Ministère du Développement Écologique expliquent le motif de leur présence : quelques hommes interviennent, interrompent, veulent parler tous à la fois, par moments la conversation se fait lourde et difficile. Soudain arrive un monsieur qui veut mettre « de l’ordre » à sa manière : il sort un pistolet et tire vers le toit. Alors les autres se taisent. Sachez-le : il y a beaucoup de façons de faire respecter un droit de parole.

Pendant trois mois une équipe de techniciens et de professionnels du Ministère du Pouvoir Populaire pour le Développement Minier Écologique, accompagnés par des jeunes garçons et filles de la Mission Piar et du Plan Travail pour les jeunes, formé dans sa majorité par des jeunes de 17 à 35 ans, ont décidé d’abandonner leur confort pour se submerger dans la forêt et créer à la sueur de leur front, le Registre Unique des Mineurs (RUM); pour connaître et faire connaître de près la réalité des peuples miniers qui habitent l’Arc.

Ainsi formulé, cela pourrait sembler n’être qu’une action de plus de la bureaucratie d’État. Jusqu’à ce qu’on se rende compte des données profondes du contexte et que l’exploit soit mesuré à sa juste valeur : il y avait des endroits où aucune institution de l’État n’avait jamais mis les pieds, et c’est là où ces jeunes garçons et filles ont dû se rendre, se plongeant dans des zones où se déplacent des groupes et des individus qui exercent le contrôle et l’autorité sans discussion possible. Ces derniers qui ont oublié un (gros) détail : cette région fait partie d’un pays où il y a des lois et des institutions. La Révolution a décidé de ne pas le leur expliquer à coups de tanks, d’avions et d’infanterie (ce à quoi on pense souvent dans cette situation) mais en envoyant des jeunes armés d’un sourire, d’une dose de naïveté, et de l’envie de travailler. A la tête de cette équipe chevauche Félix Caraballo, un lutteur de La Vega qui jusqu’il y a peu de mois n’en savait pas beaucoup sur les mines mais pas mal sur les dimensions humaines de l’organisation sociale.

Auparavant le mineur arrivait à un lieu où l’information était centralisée; cette fois, avec l’appui des organisations populaires et de mineurs organisés, plus de 70 jeunes ont habité chez eux, dans les mines d’or de l’état Bolívar. C’est là, dans cet autre Venezuela, caché pour la majorité, qu’ils ont déambulé, embrassant avec vigueur et apprenant avec les neurones frais une réalité en marge du quotidien.

ÉPALE260-MIRADAS-3

Le travail du Registre Unique des Mineurs

Petits et (grands) mineurs : de la mitraille à l’hymne national

Liss Lares a 30 ans, est sociologue et assistante adjointe à la Direction Générale de la Gestion Productive de la Petite Exploitation Minière; elle a fait partie de cette équipe qui est partie dans la forêt à la recherche de ces vénézuéliens demi-oubliés. “Nous sommes restés dans les mines des municipalités de El Callao, Cedeño et Piar; nous avons dormis dans des espaces seulement pourvus d’un toit, dans des hamacs ou sans hamacs, avec une moustiquaire, dans des zones ou rôde le paludisme, où il y a des dynamiques de violence. Nous avons mangé ce que mangent les mineurs, car c’est de ce que cela qu’il s’agissait. Pour nous ce fut un processus transformateur, nous avons toujours été disposés à arriver aux mines les plus profondes et nous avons réussi à atteindre la tâche que nous nous étions fixée”.

Le Registre Unique Minier a eu pour objet la caractérisation des zones consacrées à l’exploitation minière et à ses réalités connexes: qui sont les mineurs, d’où ils viennent, quels sont les attentes de ces personnes qui vont chercher de l’or et d’autres ressources minérales de la terre. Liss était particulièrement intéressée de connaître la situation de la femme; créer cet instrument qui permettra à l’État d’orienter les politiques sociales avec l’appui du peuple des travailleurs de la mine, fut une bonne occasion de s’approcher de cette réalité.

ÉPALE260-MIRADAS-2

Liss Lares, s’acclimatant au rythme minier

Pour le dire avec élégance et décence, les femmes sont les personnes qui ont vécu les pires choses dans un territoire et une activité où abondent, parmi les mineurs de vieille souche et qui ont construit une culture de travail, des aventuriers de partout du Venezuela et d’autres pays, qui lorsqu’ils arrivent à une zone minière (à une “bulla”: c’est le lieu où quand on découvre de l’or commence à se former une communauté) installent en grappe un campement chaotique et insalubre, couvert de baraques et de toits de plastique; ils s’organisent pour perforer des trous de plusieurs mètres de profondeur, sortir les “moulins” et récupérer de l’or à raison d’un gramme par 200 kilos de matériel brut. Dans la culture du mineur, tout travailleur nouveau qui sort ses premiers grammes d’or doit les dépenser dans les currutelas (bordels), où les jeunes filles se font payer en grammes (un gramme valait 5 millions de bolivars en décembre). Il y a aussi des femmes qui travaillent à creuser le sol mais la stigmatisation fait que toute femme qui travaille comme mineuse soit qualifiée ou traitée comme un objet sexuel.

ÉPALE260-MIRADAS-4

Une “bulla” : le lieu où quand on découvre de l’or commence à se former une communauté

Hilgardo Medina travaille comme analyste au ministère, sa préoccupation principale est l’impact environnemental que provoque l’exploitation minière. Dans un véhicule du style Fun Race il a voyagé huit heures de Tumeremo jusqu’à la mine de Botanamo. Tenter de récupérer la couche végétale superficielle où on note les dommages environnementaux est la raison d’être de ce qu’on appelle l’« exploitation minière écologique”, et qui ont éveillé tant de doutes et de soupçons chez des personnes qui croient tout savoir de la mine mais ne sont jamais allés à aucune d’elles. “C’est le lieu où on accède le plus difficilement, ce n’est pas un problème d’accès physique mais la difficulté d’accéder à la conscience du mineur”, dit Hilgardo. “A Botanamo, il y a deux ans, il y a eu une opération de la garde nationale qui a démantelé le campement des mineurs pour trouver le chef d’une bande criminelle qui opérait sur ce territoire. Quand les mineurs ont repris le territoire ils se sont réinstallés comme une organisation populaire, avec leurs règles internes pour restituer l’ordre et avec un grand niveau de conscience. Aujourd’hui quand ils nous ont reçu ils ont chanté l’hymne national”.

BRASIL-MINAS DE DIAMANTE-FOTOGALERIA

Mineurs en condition d’artisans

Alexandra Meneses, ingénieure géologue, diplômée de l’Université d’Orient, a 26 ans et bien que sa spécialité soit le pétrole, sa vocation sociale l’a poussée à rejoindre cette équipe. Durant cinq semaines elle a parcouru les différentes zones pour parvenir aux fronts miniers et inspecter, géoréférencer (à l’aide du GPS) chacune des communautés productives. “Un jour nous sommes arrivés à la Mine de Hoja de Lata, située dans la municipalité de El Callao, à neuf heures du soir. A cette heure nous avons dressé le campement; le jour suivant nous nous sommes éveillé à 5 h. 30 pour nous doucher avec un demi seau d’eau et déjeuner entourés de chèvres, de vaches, de chiens et de coqs. Parfois nous marchions pendant deux heures et en arrivant à la mine nous nous mettions à travailler immédiatement avec les gens, mais très tôt on se réunissait avec l’équipe pour préparer l’assemblée d’introduction avec les mineurs, pour les informer de ce que nous étions en train de faire sur place. Ensuite nous revenions à El Callao comme point de rencontre pour laver les vêtements, se reposer et réunir les données que nous avions recueillies”.

RUM3

Saydubi Santana est de Caracas, elle a 25 ans, est activiste de la communauté de la diversité sexuelle et était chargée de l’enregistrement audiovisuel. Durant le parcours de six heures aller/retour à El Chivao en barque, elle est tombée malade à El Dorado, et vu les symptômes, a dû être rapatriée parce qu’on soupçonnait le paludisme. Finalement on a su que c’était autre chose : un parasite qui s’était introduit par les pieds. Le paludisme fait peur à cause de ses séquelles : tu l’attrapes une seule fois et l’organisme s’en ressent toute la vie. Elle était en train d’apprendre tout ça quand elle rencontra un mineur qui avait souffert réellement du paludisme… mais 79 fois. “Voir autant d’enfants malades de paludisme, voir des jeunes filles de 15 ans travailler dans un bordel pour survivre au coût de la vie élevé, observer la division marquée des rôles de genre, c’est-à-dire l’homme à la mine et la femme à la cuisine, c’est quelque chose de réellement très choquant”. On suppose que l’Arc Minier a été créé pour mettre un terme à ces choses choquantes mais, à cause de la propagande, beaucoup de gens continuent à croire que ce fut l’Arc Minier qui a créé ces maux. Qu’allons-nous y faire ? Un jour nous apprendrons à écouter des histoires de la voix de ceux qui se sont plongés dans l’Histoire.

Source: https://venezuelainfos.wordpress.com/2018/01/15/arc-minier-de-lorenoque-la-solution-accusee-detre-le-probleme-par-jose-roberto-duque/

 

Amérique Latine: on gagne plus qu’on ne perd

Par Alfredo Serrano Mancilla

Ne serions-nous pas en train de surestimer la capacité de victoire électorale des projets politiques conservateurs ? Ou ne sous-estimons nous pas tous les acquis obtenus pendant ce changement d’époque progressiste ? Il ne suffit certainement pas de choisir entre deux hypothèses aussi opposées. Tout n’est pas noir ou blanc lorsqu’il s’agit de politique, mais tout n’est que nuances et subtilités.

Au cours des deux ou trois dernières années, parler de « fin de cycle », de « restauration libérale » en Amérique Latine était à la mode. Et ce n’est pas sans fondement. Il est vrai qu’il y a eu certains changements d’ordre politique très importants dans la région. Le cas du Brésil est bien sûr le plus emblématique, tant pour sa dimension que pour son rôle géopolitique. Celui de l’Argentine, après la victoire de Macri en octobre 2015, est également une source d’inquiétude parce que son arrivée au pouvoir marque un changement rapide de restauration des l politiques néolibérales. Dans le reste de la région, dans le camp progressiste, des échecs significatifs ont également eu lieu : les élections parlementaires de décembre 2015 au Venezuela et le référendum de Bolivie de février 2016. Certains retiendront également la perte pour la Révolution Citoyenne des plus grandes villes de l’Equateur lors des dernières municipales de 2014.

Ce sont des faux pas qui nous obligent à réfléchir et à faire une analyse critique de tout ce qui n’a pas été fait correctement, menant à un tel résultat. Mais cette remise en question, si caractéristique des intellectuels progressistes, nous fait perdre de vue que, malgré ces obstacles, on gagne plus que l’on ne perd.

Dans ce bilan, il faudrait considérer qu’après dix ans de corréisme en Equateur, la droite a perdu en avril 2017 et ce, bien que tout le monde se soit uni contre la candidature de Lenin-Glas. Et la victoire n’a pas été gagnée sans Correa, bien au contraire. Elle l’a été avec Correa en première ligne, qui parcourait le pays et faisait campagne.

Au Venezuela, en 2017, la Révolution Bolivarienne a remporté trois victoires : lors des élections à la Constituante (30 juillet), aux régionales (15 octobre) et aux municipales (10 décembre). La victoire est à nouveau dans le camp des chavistes qui démontrent ainsi bénéficier d’un vote solide (40-45%) qui représente un socle solide et loyal malgré les obstacles.

Au Nicaragua, le sandinisme a remporté une victoire écrasante tant aux présidentielles qu’aux municipales, qui oblige le président Trump à ressusciter l’arsenal reaganien dont le « Nica Act » pour contrer le développement de la nation centre-américaine.

Reste à voir ce qui va se passer au Brésil. Dans ce pays, Temer n’est pas arrivé au pouvoir porté par une victoire électorale de la droite. La dernière gagnante aux urnes a été Dilma; et tout semble indiquer que Lula a toutes les chances de remporter le prochain combat. Le Paraguay aura bientôt lui aussi rendez-vous avec les urnes (avril 2018) ; il est probable que la nouvelle alliance Libérale-Frente-Guasu (avec d’autres partis de gauche) gagne et empêche le Parti Colorado d’avoir un président.  Il est inutile de rappeler que ce pays a lui aussi connu un coup d’état pour empêcher l’arrivée de Lugo au pouvoir.

Si on fait le total de toutes les élections présidentielles, dans le bloc progressiste formé depuis le XXI siècle (Venezuela, Argentine, Nicaragua, Uruguay, Bolivie et Equateur) il y a eu 24 victoires et deux défaites, celle de Macri face à Scioli et celle de Piñera face à Guillier. Si on faisait ce calcul en tenant compte de toutes les élections, le résultat serait encore plus flagrant.

Tout cela ne signifie pas que tout est parfait ni que le bloc progressiste vit ses meilleures heures. Loin de là. Mais il ne faut pas non plus gonfler les avancées électorales du camp conservateur quand il a dû jouer sur le terrain progressiste. Le cas argentin est probablement le plus énigmatique de tous car la première victoire du macrisme s’est vue confirmée et renforcée lors des élections législatives partielles suivantes (octobre 2017). Désormais les choix de Cristina dépendront de sa capacité à relever le plafond, parce que jusqu’à présent cela n’a pas suffi pour gagner seule face au macrisme. Les divisions à l’intérieur du péronisme facilitent la progression du néolibéralisme argentine du XXIème siècle.

Lors des dernières élections au Honduras,  tous les organismes internationaux ont constaté trop d’irrégularités pour confirmer la victoire de Juan Orlando Hernandez.  L’heure est à la répression sanglante, et à la reconnaissance du dictateur par les Etats-Unis, mais aussi d’une volonté forte de résistance populaire.

Des élections sont prévues au Mexique en juillet 2018 et López Obrador est le principal favori à ce jour. En Colombie, tout peut arriver car Santos et Uribe sont en perte de vitesse et les gens sont fatigués de la vieille politique. Des candidates comme Piedad Córdoba reçoivent un accueil favorable auprès de  la population, même si les enquêtes tentent de le dissimuler. Au Pérou, des élections municipales auront lieu l’an prochain et Kuczynski est au plus bas dans les sondages alors qu’il est au pouvoir depuis peu; en revanche Verónika Mendoza a de plus en plus de chances de gagner.

Le panorama est incertain. La Bolivie et le Venezuela auront des élections présidentielles en 2019 et 2018 respectivement. Beaucoup de ce qui se dit sur la « fin de cycle « dépendra de ce qui va se passer à ce moment-là. A priori, Evo Morales et Nicolas Maduro devraient renouveler leurs mandats. En Equateur il est certain que le revirement de Lenín a entraîné un contretemps imprévu. Mais le retour de Correa est un fait, ce qui pourrait déboucher sur un panorama politico-électoral extrêmement complexe et encore difficile à prévoir.

En définitive, chiffres et analyses à l’appui, la restauration conservatrice est  loin de remporter les élections dans des pays qui sont passés par un cycle progressiste, exceptions faites de l’Argentine et du Chili. Qui plus est, elle se trouve en difficultés dans les pays où elle est au gouvernement. Et sans aucun doute, le Brésil sera le facteur déterminant. Si Lula remporte à nouveau la victoire, ce goal devra compter double. Et si de son côté le Mexique choisit Lopez Obrador, alors la victoire sera la plus large.

Source: https://venezuelainfos.wordpress.com/2018/01/02/amerique-latine-on-gagne-plus-quon-ne-perd/

La fin de l’immunité des transnationales est proche

 
19 octobre 2017
Les traités pour la protection des investissements et de «libre» commerce signés par les États favorisent les intérêts des sociétés transnationales en leur accordant des droits et des privilèges, sans les obliger en retour à assumer des responsabilités. Il n’y a pas de réglementation internationale qui oblige les entreprises à respecter les droits de l’homme ou l’environnement.

Il n’existe pas de réglementation internationale qui oblige les entreprises à respecter les droits humains et l’environnement. Une asymétrie entre les droits humains et les intérêts des grandes entreprises persiste ainsi au niveau international, ce qui leur permet de mener à bien des opérations engendrant de la pollution, de l’évasion fiscale, etc… de manière systématique.

Le pouvoir économique des sociétés transnationales, qui sont présentes dans tous les secteurs, leur permet de faire pression sur les gouvernements et de recourir à une série de mécanismes comme les portes tambours et la corruption. C’est la raison pour laquelle malgré le rôle de garant des droits humains qui incombe aux Etats, les législations sont fragiles dans les pays pauvres comme dans les pays riches.

Communautés affectées par les activités des sociétés transnationales et organisations liées à la défense des droits de l’homme, nous nous sommes réunies pour exiger un traité international juridiquement contraignant pour permettre aux États de remplir leur obligation de protéger les droits de l’homme et de l’environnement contre les activités nuisibles des sociétés transnationales et d’autres sociétés.

Du 23 au 27 octobre, nous serons à Genève à la Semaine de la mobilisation des peuples, qui coïncide avec la troisième session du Groupe de travail intergouvernemental chargé d’élaborer un traité contraignant des Nations Unies pour les sociétés transnationales et autres le respect des droits de l’homme.
Information

Mobilisation pour un traité contraignant des Nations Unies pour les sociétés transnationales et d’autres entreprises en matière de droits de l’homme.

https://www.stopcorporateimpunity.org

Comment s’impliquer et participer à la Campagne mondiale?

https://www.stopcorporateimpunity.org

Video: Bruna / Thanks to Greenpeace for the inspiration: https://vimeo.com/29184110

Produced by: TNI, ODHE, SUDS, NOVACT, 99.3 Responsable, Service Civil Catalan International, NEXES.
Funded by : Townhall of Barcelone, AMB, ACCD, Fons català per la cooperació.

 

Les provocations de Donald Trump menacent la paix dans le monde

Par Jacques Nikonoff, président du Parti de la démondialisation (Pardem)

Le 11 octobre 2017.

Jamais, dans l’histoire de l’Organisation des Nations unies, un chef d’État ne s’était comporté comme vient de le faire le président américain le 19 septembre. Son discours prononcé devant ceux qui sont normalement, en droit international, ses pairs, constitue une menace grave et immédiate pour la paix mondiale. Alors qu’il s’exprimait pour la première fois à la tribune de l’ONU, ses propos ne pouvaient qu’être interprétés comme la présentation de sa vision du monde. Chaque mot devait être pesé.

Donald Trump a bien mesuré ce qu’il avait à dire, mais en contradiction totale avec son appel à la « souveraineté », répété 21 fois, qui apparait comme un double langage manifeste. Il s’est livré à une série d’insultes et de menaces grossières à l’encontre de plusieurs pays souverains. Le président américain a nettement battu le record de son prédécesseur, George Bush Jr qui, en 2002, en réponse aux attentats du 11-Septembre 2001, avait dénoncé l’ « axe du mal » constitué de la Corée du Nord, de l’Irak et de l’Iran. Selon cette « doctrine », les États-Unis, dépositaires et gardiens du « Bien » par une attribution divine, auraient un droit naturel (divin) de formuler des exigences aux pays qui feraient le « Mal ». Bien sûr, les critères permettant de définir ce qu’est le « Bien » et ce qu’est le « Mal » ne seraient que de la responsabilité de l’Oncle Sam. Si des pays ne se conforment pas à ces exigences, les États-Unis peuvent alors choisir à leur convenance, unilatéralement et en toute illégalité, l’option militaire directe (invasion), indirecte (élimination des dirigeants) ou différentes sanctions notamment des blocus économiques.

Trump est apparu pire que Bush fils.

Il a largement « arrosé » plusieurs pays, les menaçant de différentes turpitudes.

Menaces de « destruction » de la République populaire démocratique de Corée

C’est la situation la plus grave pour la paix. L’irresponsabilité du président américain rend en effet plausible un conflit nucléaire. Il a déclaré, dans son discours à l’ONU, que « si l’Amérique doit se défendre, elle et ses alliés, nous n’aurons d’autre choix que de détruire complètement la Corée du Nord ». Ce pays serait dirigé par une « bande de criminels », qui « affame son peuple », « emprisonne et tue les opposants ».

On présente régulièrement les dirigeants nord-coréens comme « cinglés ». La réalité est très différente, car ils mènent en réalité une politique parfaitement rationnelle qui est tout simplement la défense de leur intégrité territoriale.

À d’autres occasions, récemment, Donald Trump et différents responsables des États-Unis avaient tenus des propos similaires :

  • Trump a envoyé un tweet disant que Kim Jong-un « ne serait pas dans les parages encore bien longtemps ». Cela a été pris comme une déclaration de guerre par Pyongyang qui a répondu que la Charte des Nations unies lui donne « le droit d’abattre les bombardiers stratégiques des États-Unis même s’ils ne se trouvent pas encore dans l’espace aérien de notre pays ».
  • Le général McMaster a déclaré « Nous espérons éviter la guerre avec les Nord-Coréens, mais on ne peut pas écarter cette éventualité ».
  • Le général Mattis a parlé « des options pour frapper la Corée du Nord sans mettre Séoul en danger ».
  • Trump : « ceux qui font des affaires avec les Nord-Coréens ne pourront plus en faire avec nous ».

Certes, le régime nord-coréen n’est pas celui que l’on peut souhaiter pour notre pays. Cette évidence ne doit cependant pas nous aveugler et nous empêcher de distinguer correctement les responsabilités des uns et des autres.

Distinguer correctement les responsabilités des uns et des autres.

Il est reproché à la République populaire démocratique de Corée (RPDC – appelée Corée du Nord) d’avoir effectué le 3 septembre son 6e essai nucléaire, tandis que 22 tirs de missiles balistiques avaient eu lieu cette seule année. Ce dernier essai, en effet, comme le survol du Japon par un missile balistique nord-coréen, doit être condamné car contrevenant au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) de 1968. Certes, la RPDC n’est pas (plus) signataire du TNP. Sur un plan strictement juridique, seuls les signataires qui n’appliqueraient pas le traité sont donc condamnables.

Mais une simple approche juridique ne peut suffire, il faut aussi une approche politique. Faire survoler un État souverain (le Japon) par des missiles balistiques est totalement inacceptable, signature ou pas du TNP. Rappelons cependant pourquoi la RPDC est sortie du TNP. La RPDC s’était dotée de technologies nucléaires civiles tout en signant le traité de non-prolifération nucléaire (TNP) en 1985. La chute de l’URSS à partir de 1989, qui avait accompagné sa nucléarisation, l’obligera à maîtriser la filière. Kim Il-sung, le grand-père de l’actuel dirigeant, a proposé à George H. Bush d’ouvrir des discussions pour remplacer l’armistice qui mit fin à la guerre de Corée (1950–1953) par un traité de paix en bonne et due forme (il faut savoir que juridiquement la RPDC et les États-Unis sont toujours en guerre !). Il a essuyé un refus. Il a donc tiré son premier missile en 1993 (sortie du TNP). Il faut dire aussi que l’Inde, le Pakistan et Israël sont non-signataires et possèdent l’arme nucléaire car ils invoquent des « raisons de sécurité ».

Néanmoins, la communauté internationale doit prendre acte du fait nucléaire nord-coréen. Tout le monde doit accepter cette réalité : la Corée du Nord est aujourd’hui une puissance nucléaire capable d’atteindre les États-Unis. On ne peut plus demander à la Corée du Nord de renoncer à l’arme nucléaire sans garanties sérieuses concernant sa souveraineté et sa sécurité. Ce serait non seulement complètement irréaliste mais dangereux.

Il est impossible que la Corée du Nord accepte de dénucléariser unilatéralement, se serait signer son arrêt de mort. Car elle conçoit l’arme atomique comme une protection contre toute tentative américaine d’agression. Tout le monde a compris, après que les États-Unis aient renversé ou tenté de renverser plusieurs régimes non-nucléaires (Afghanistan, Cuba, Irak, Libye, Syrie, Venezuela), que la bombe atomique était le seul moyen, paradoxal, de rester en paix.

Les Nord-Coréens ont bien compris que si Kadhafi avait été éliminé, c’est bien parce qu’il avait renoncé à son programme nucléaire…

Si la crise se poursuivait, elle déboucherait presque certainement sur un échange nucléaire. Celui-ci aurait des conséquences tragiques sur une grande partie du monde, y compris les États-Unis. N’oublions pas que la RPDC a des frontières communes avec la Chine et la Russie, et qu’une frappe nucléaire américaine sur ce pays aurait des retombées sur ces deux pays…

Que faire pour éviter cela ?

Il faut prendre acte du fait nucléaire nord-coréen et convaincre les dirigeants de ce pays de ne pas aller au-delà en échange d’un traité de paix et d’une aide au développement économique. La politique des sanctions n’a donné aucun résultat et n’a pas permis d’améliorer le sort de la population. Elle n’en donnera pas plus à l’avenir.

En échange du démantèlement de leurs installations nucléaires, les Coréens du Nord obtiendraient un traité de paix avec les États-Unis qui inclurait l’établissement de relations diplomatiques et la dénucléarisation de la péninsule coréenne, un accord international avec la Russie et la Chine garantissant la sécurité du régime et du pays, et un retrait américain de Corée du Sud.

Il est stupéfiant d’observer la nonchalance avec laquelle la classe politique française réagit à cette menace.

Rien de sérieux n’est entrepris pour encourager la voie diplomatique et rapprocher les deux protagonistes.

Menaces de nouvelles sanctions contre l’Iran

Pour Trump, l’Iran est un « État voyou », « une dictature corrompue sous le masque de la religion », un « régime meurtrier » qui soutient le terrorisme de l’Irak au Yémen, le régime d’Assad en Syrie et le Hezbollah au Liban. Les États-Unis lui reprochent de transférer des fonds et des armes aux houtistes du Yémen, au Hezbollah libanais, au Hamas palestinien, son soutien aux milices chiites en Syrie et en Irak, son « expansionnisme régional » (les États-Unis ont leurs gendarmes locaux, l’Arabie saoudite et Israël), le programme de missiles balistiques. L’accord sur le nucléaire conclu en 2015 est « un embarras pour les États-Unis ». Le président américain ose affirmer que « Nous ne pouvons pas respecter un accord s’il sert à couvrir l’éventuelle mise en place d’un programme nucléaire », alors que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) assure que le régime iranien respecte ses engagements.

Les seuls pays à soutenir ouvertement le président américain sont les pays qui appartiennent probablement à l’ « axe du Bien », selon les critères états-uniens, les très renommées démocraties que sont Israël et l’Arabie saoudite.

Sera-t-il possible de sauver l’accord sur le programme nucléaire iranien, arraché à Téhéran par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne en juillet 2015 après près de plus de 10 ans d’âpres négociations ?

Tous les 90 jours, le président américain est tenu d’indiquer au Congrès si l’accord nucléaire avec l’Iran est respecté. La prochaine date est le 15 octobre où Trump doit décider de « certifier » ou non, auprès du Congrès, le bon fonctionnement de l’accord de Vienne. S’il refuse la certification, les parlementaires auront alors deux mois pour décider ou non de le suivre et de réimposer à l’Iran les sanctions qui avaient été levées.

Encore une fois, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le gendarme mondial du nucléaire, est formelle. Elle affirme que l’Iran respecte ses engagements. Mais le problème, pour Trump, n’est pas là. Il est de contrer l’influence grandissante et déstabilisatrice (pour l’ordre américain) de l’Iran au Moyen-Orient. Pourtant l’accord de Vienne a ralenti la marche de l’Iran vers la bombe atomique en imposant des limites à son programme nucléaire civil surveillé par l’AIEA.

Si l’Iran, encouragé par l’hostilité américaine, décidait de s’affranchir de cet accord, ce pays se sentirait libre de reprendre la militarisation à grande vitesse de son programme nucléaire.

Ce ne serait que la confirmation que pour ne pas se faire envahir par les Américains il faut la bombe atomique.

Des vociférations contre Cuba, le Venezuela, la Russie et la Chine

Cuba serait « un régime corrompu, déstabilisateur ». Des relations diplomatiques ont pourtant été établies par Barack Obama.

Le Venezuela serait l’exemple du « socialisme fidèlement appliqué », où le « dissolu » Nicolas Maduro « a détruit un pays prospère, défié son propre peuple et mis à terre ses propres institutions ». Les États-Unis se tiennent « au côté du peuple », leur « but étant de les aider à regagner leur liberté et à restaurer leur démocratie ». « Nous ne pouvons pas rester sans rien faire ». « En tant que voisins et amis responsable nous devons avoir un but » : que les Vénézuéliens puissent « récupérer leur liberté, remettre le pays sur les rails et renouer avec la démocratie ». Il se dit prêt à « de nouvelles actions ». Mais en quoi tout cela regarde les USA ?

La Russie menacerait l’Europe de l’Est (« annexion » de la Crimée) et le Proche-Orient.

La Chine développerait ses menaces en mer de Chine du Sud où elle manifesterait une volonté d’hégémonie maritime.

Un budget militaire qui « explose »

En ligne avec l’agressivité du président Trump, le Sénat américain vient d’adopter un budget de la défense de 692 milliards de dollars pour 2018. La hausse est de 100 milliards de dollars sur 2016 ! Ces sommes gigantesques doivent servir à :

  • Recruter 60 000 hommes supplémentaires pour l’Armée de Terre, portant ses effectifs à 540 000 hommes.
  • Ajouter 78 nouveaux bateaux et 50 000 marins supplémentaires à l’US Navy, portant le total à 350 navires et 380 000 hommes.
  • Renforcer l’US Air Force d’une centaine d’avions de combat et de 40 000 aviateurs supplémentaires, portant le total à 2 000 aéronefs et 360 000 hommes.
  • Accroître le corps des Marines de 12 000 soldats, portant le total à 194 000.

Pour ne prendre qu’un exemple témoignant de la supériorité militaire absolue des Etats-Unis, la Chine, pourtant deuxième armée du monde, ne possède que 500 chars modernes (Type 99) contre 8 700 pour les États-Unis (M1 Abrams). Sur les 8 400 hélicoptères de combat dans le monde, 6 400 sont américains. L’US Navy possède 10 porte-avions, soit autant que tous les autres pays réunis. Les États-Unis possèdent 800 bases dans le monde et des contingents dans 177 pays. Qui peut en dire autant ? La Corée du Nord ? Cuba ? Le Venezuela ? L’Iran ? Ou même la Chine et la Russie ?

Il est temps, dans chaque pays, et aussi à l’échelon international, de prendre des initiatives pour la paix et de stopper l’agressivité américaine.

Source : http://www.pardem.org/actualite/en-bref/751-les-provocations-de-donald-trump-menacent-la-paix-dans-le-monde